Jill Scott s'exprime sur un sujet tabou : les couples mixtes | La Scandaleuse

Jill Scott s’exprime sur un sujet tabou : les couples mixtes

Nos amies chez SoChoklate ont publié un article paru il y a un an dans le magazine Essence. Jill Scott y livre son avis controversé sur les couples mixtes. Alors racisme ou simple point de vue subjectif? Dites-nous ce que vous en pensez.

« Vous savez le moment où vous réalisez que ce frère noir, beau et accompli, est avec une femme blanche ? appelons ça le choc ! Mon nouvel ami est beau, afro-américain, intelligent et en bonne santé. C’est un athlète, il aime sa mère, et est heureux en mariage avec une femme blanche. J’avoue que quand j’ai vu son alliance, j’ai secrètement espéré. Mais quelque chose en moi savait qu’il n’était pas marié à une sista. Même si je le présentais, quand mon ami m’a dit qu’il était marié à une caucasienne, j’ai eu comme un pincement au cœur. Je n’ai pas compris pourquoi au début. Mon visage disait je suis contente pour toi, mais quelque chose en moi n’allait pas : étais-je jalouse ? Est-ce que son couple a en quelque sorte fait baisser l’estime que j’avais de lui ? La réponse n’est pas simple. Les gens diront sûrement que mon ‘pincement au cœur’ est dû à du racisme, mais pas du tout. J’ai grandi dans un foyer de Témoins de Jehovah. On m’a appris que chaque homme doit être jugé selon ses bonnes actions et non selon sa couleur de peau, et je tiens à ces valeurs que m’a inculqué ma grand-mère. Les africains du monde entier sont connus pour être ouverts et accueillants. On partage notre culture, parfois même à notre propre désavantage, mais nous aimons l’amour.

 Mon point est que pour beaucoup de femmes de couleur, ce ‘pincement au cœur’ est dû à l’histoire des africains en Amérique. Quand notre peuple est tombé en esclavage, l’Amérique a mis sa femme blanche sur un piédestal. Elle était gâtée, vénérée et angélique alors que la femme noire esclave était  surmenée, battue, violée et traitée comme du bétail.  Elle n’était rien et l’homme noir non plus. Quand l’esclavage a été aboli et que les mouvements pour les droits civiques ont eu lieu, la femme banche était sur les covers de tous les magazines. Elle était le bijou radieux dans tous les films, la gloire de toutes les pubs et émissions tv. Elle était sans équivoque le standard de beauté dans ce pays, inaccessible pour toutes les femmes des autres origines. Nous les sistas étions vues comme moches, avec nos cheveux crépus, uniquement bonnes pour les travaux manuels et les enfants illégitimes, tandis que nos hommes étaient vus comme fauchés, des animaux assoiffés de sexe avec un pois chiche à la place du cerveau. A l’époque, si un homme noir posait ne fusse que les yeux sur une femme blanche, il était lynché, battu, mis en prison et même tué.

 Au milieu de tout ça, les femmes noires et les hommes noirs ont souffert ensemble, ont pleuré ensemble, étaient affamés ensemble, sont même morts sur les bords des routes du Sud ensemble.

 Ces vérités dures sont ce que nous ressentons quand nous voyons un frère avec une femme blanche. On se sent trahi. Alors que nous nous battons pour élever nos garçons et nos filles, la plupart d’entre nous le faisons seules, sans pères, avec des moyens financiers limitées. C’est frustrant et ça fait mal.

 Nous comprenons toute à fait que les gens de toutes races peuvent s’aimer, le monde offre un nombre incalculable d’options.  Mais à l’intérieur, il y a une blessure, peut importe le pansement, elle ne cessera pas. Ces propos peuvent peut être choquer certains, ce n’était pas mon but. Je ne fais que partager ce que je ressens»

16 Comments
  1. Je suis de tout coeur avec ce qu’elle dit et c’est un ressentiet c ‘est ce que qu’on peut constater la plupart des hommes noirs qui ont réussi ont comme compagne des femmes blanches et on se demande pourquoi …

  2. C’est vraiment n’importe quoi !!!!!
    Si un homme noir ayant réussi a choisi comme épouse une blanche ( ou vice-versa),
    de nos jours c’est plus par amour que pour autre chose!!
    Sachons évoluer!!! ce genre de ressenti ne sert vraiment à rien.
    Il faut savoir ce servir de notre passé pour avancer positivement!
    En notre air où le métissage, le mélange des peuples,des couleurs, des ethnies, est vraiment un des seul recours contre l’aliénation de l’humanité… ce genre de réflexion ne sert vraiment à rien.

    Prenons son discours dans le sens où ca aurait été une blanche qui aurait écrit ce même genre de ressenti envoyant son frère blanc avec une fille noire, et quelle ressentait un petit pincement au coeur parce que ça lui fait MAL compte tenu de l’Histoire… On aurait tous et toutes crier au RACISME !!!!

    Alors excusez moi, mais Jill Scott ou pas, je désapprouve et désapprouverai toujours ce genre de propos !!!!!

    1. pour te répondre,je tiendrai ce même discours, si la situation est inversée !! il faut arrêter avec cette idée débile que le métissage est le recours à l’aliénation ou est l’avenir, au contraire,parce que l’enfant qui nait de cette union ne sait pas à quel « peuple » il appartient , il sera rejeté aussi bien des 2 cotés à certains moments de sa vie,à chaque moment aussi il devra choisir son clan ou comme la plupart du temps on lui demandera de choisir son camp.
      La seule arme contre l’ignorance parce que le raciste est ignorant c’est lui faire découvrir nos us et coutumes et lui apprendre et faire comprendre , donc avant toute chose apprenons notre histoire par nous même et non les écrits qu’on relaté les blancs colonialistes et qu’ils appellent « notre histoire » pour que par retour nous l’apprenions aux autres cultures et surtout nous devons en etre fière.

      La saveur d’un bon café , c’est un café noir torréfié et non un café au lait , pour les amateurs de café , j’entends bien !!

      1. J’espère qu’avec des paroles pareils vous vivez entourés que de blacks, soi en afrique ou un pays ou il y a une minorité de blancs, parceque en 2011 je ne m’attendais pas à entendre ce genre de propos.
        C’est normal qu’après les blancs nous prennent pour des sauvages pas sociable si ça vous dérange qu’on se mélange.
        pfff, je trouve ce genre de discours lamentable, et je vois qu’il y en a qui sont restés bloqué à l’esclavage.
        Juste pour savoir, vous avez droit à combien de coup de fouet par jour?
        Trop puéril, et pour les enfants si un couple mixte se forme forcément le petit prendra des deux mondes, et si vous pensez que ça va l’embuter dans sa vie c’est que vous êtes vous même pris dans une bulle qui vous empêche de voir la réalité…

    2. Oui on aurait peut être crié au racisme…et on aurait eu tord de le faire… à une seule condition: si le peuple blanc, comme le peuple noir, avait été persecuté pendant des décénies comme cela a été le cas pour les noirs. Alors désolé d’être parfois un peu parano sur les bords. On en rediscutera quand ils auront été exporté de leur pays, mis au travail forcé, battu à mort, placé dans des ghettos etc..voir ce qu’ils en penseraient, eux, s’ils avaient été à notre place…

      Je pense que ce qu’elle dit est justement TRES IMPORTANT. Elle démontre là que malgré toutes ces années, il subsiste encore ce problème entre les « races » et surtout cette sensation d’infériorité qui subsiste chez les noirs par rapport aux blancs, que moi-même, parfois, j’ai pu ressentir.
      Ce qu’elle essaie d’expliquer c’est que les femmes noirs ont l’impression de se faire voler leur unique et dernier joyau. Ce quelque chose qu’elles n’avaient rien que pour elle. Maintenant que le racisme disparait progressivement, les hommes noirs de leurs coté se sentent fière de pouvoir sortir avec ces mêmes magnifique femmes blanches et jouent maintenant à armes égales avec les hommes blancs. Sur les couvertures des magazines, la beauté type de la femme et la plus convoitée reste toujours celle de la femme blanche caucasienne. C’est là que les femmes noirs, elles se retrouvent encore une fois au bas de l’échelle, mais cette fois, sans le regard de leurs hommes noirs posés sur elles. Voilà ce qu’elle voulait dire par « un pincement au coeur » ce n’est rien que de la quiétude et de l’incertitude due à 400 ans de maltraitance….triste tout ça.

  3. Je comprends tout à fait ce qu’évoque Jill Scott, et pour moi cela n’est pas du racisme… et si vous relisez bien le texte, elle dit qu’elle n’y peut rien c’est ce qu’elle ressent au fond d’elle-même, elle n’y peut rien c’est ça qu’elle ressent. On ne peut pas lui reprocher de ressentir cela, par contre je pense qu’il est important de comprendre pourquoi elle a ressenti cela… et il me semble que c’est ce qu’elle fait.
    Cependant, je pense que le fait que ce soit son ami, un proche, qui a choisi une femme blanche devrait lui faire prendre du recul par rapport au ressenti qu’elle a lorsqu’elle voit un couple mixte. A savoir, s’il fait partie de son cercle d’amis, elle-même l’a choisi comme ami, et doit pouvoir connaître les motivations de son choix amoureux : pur amour ou apologie de la femme blanche ?
    Enfin, le métissage… vaste sujet ! je pense effectivement qu’il faut cesser de croire que le métissage c’est « l’avenir de demain », il faut par contre être conscient des « limites » du métissage, et un couple mixte devra être en total accord l’un avec l’autre afin que leur enfant évolue dans les meilleurs conditions… Exemple : à la femme blanche : acceptez les cheveux « frisés » voire crépus de votre enfant, à l’homme noir : cessez de penser que votre enfant sera « bâti » comme vous… ce sont des stéréotypes et des clichés, j’en ai conscience, mais c’est pour vous montrer le regard de certains sur les métis, à commencer par leurs propres parents.

  4. Une généralité à ce texte.
    la notion de ressenti est mal utilisé dans ce texte. car chaque individu a sa carte du monde qu’il soit d’horizon différent.
    Je trouve toujours très stérile les journalistes ou autres qui pense que parler du noir ou autres dans sa construction ou différences est source de difficultés, d’infériorités, de complexes. De plus elle ne raconte rien, elle fait beaucoup de généralité. = elle porte un jugement. donc pas de ressenti.
    Ne pas confondre sentiment lui touche aux émotions, le ressenti est subjectif, et on ne fait que survolé des intentions de pensées.

  5. J’aime beaucoup ce qu’elle à dit car c’est ça que je ressent de la « Trahisons » alors que les goûts et les couleurs ne se discutent pas …

  6. desolèe mais je suis d’accord avec se qu’elle dit les juifs nous bassine chaque jour de leur histoire qu’il faut jamais oublier et tout le monde trouve ça normale nous les noirs on a pas droit de rapeller ce qu’il nous en fait l’esclavage a dure plus que la shoa alors oui nous ne devons pas oublier mais nous devons avancer la tete haute fiere de cette histoire que les generation n’oublie pas ce qui c’est passè apres chacun et libre de coucher avec qui il veut .

  7. Bonjour,

    Moi je comprends son ressenti parce que je ressens exactement la même chose. et je m’adresse aux filles caucasiennes: prenons l’exemple de l’acteur Taye Diggs qui dit que la seule femme noir qui l’ait vraiment aimé est sa mère et que lorsqu’il se retrouve dans une communauté afro américaine il se rend compte à quel point sa femme( qui est blanche) lui manque!! Est ce que toi femme blanche accepterais-tu qu’un homme blanc sortent avec une black et vienne tenir ces propos? Je ne suis pas contre les mélanges et c’est normal que certains préfèrent certaines mais au jour d’aujourdh’ui on aura beau parlé d’évolutions ou d’abolition d’esclavage moi je ne vois aucun changement peut-être qu’on a mis en place des structures et des lois pour lutter contre l’esclavages ou le racisme ou autre mais personnellement je le ressens encore aujourd’hui donc oui Jill scott a raison de soulever la barbarisme humains qui n’a pas complétement disparus.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

X