Pourquoi tant de rivalités dans la communauté noire ? | La Scandaleuse

Pourquoi tant de rivalités dans la communauté noire ?

Il y a quand même une chose que les noirs aiment faire, c’est tirer les uns sur les autres. Peut-être parce que le « diviser pour mieux régner » est tellement encré dans nos veines, qu’il perdure générations après générations.

 

Avant, c’etait les antillais vs. les africains : les uns trouvant les autres trop sauvages, les autres trouvant les uns trop bounty. (Et on ne va même pas rentrer dans les divisions inter-continent : maliens vs senegalais, congolais vs zairois etc)

 

En dehors de ça, les clairs méprisent les noirs foncés et les foncés n’aiment pas les clairs.

 

Comme si tout cela ne suffisait pas, on ajoute à cette gueguerre les nappy vs. défrisés. Pour certaines, les défrisés sont victime d’un rejet identitaire et veulent désespérément ressembler à leur maître blanc. Les défrisés par contre ne comprennent toujours pas pourquoi les  nappys sont si agressives, intolérantes et marginales.

 

Pourtant, les femmes blanches bouclées ne dénigrent pas celles qui sont adeptes du brushing.

Les français ne se moquent pas des grecs (peut être par peur que l’huile d’olive monte).

Les anglais ne se moquent pas des Italiens (un peuple qui mange des chips au vinaigre, du coup ils font profil bas)

 

Alors pourquoi tant de rivalités dans la communauté noire ?
Au final, on se rend compte que ces debats inutiles et sans fin ne servent à rien, si ce n’est à nous distraire de l’essentiel.

26 Comments
  1. Je ne pense pas qu’il y ait plus de rivalités qu’ailleurs c’est juste que vivant dans la communauté on est plus au courant. Ya pas si longtemps j’entendais des hommes Blancs parlaient des roux/rousses et ca ne volait guère plus haut!

  2. C’est faux, les italiens méprisent les français, les français méprisent les belges, les guerres dans les balkans, aux states les WASHP vs les latinos (ils sont blancs hein)
    Chez les asiats c’est pareil cambodgien/viet, jap/chinois, le massacre des tamouls chez les hindous etc… On a toujours l’impression que chez nous c’est pire parce qu’on le vit de l’intérieur mais c’est absolument faux faut arrêter de toujours s’autoflageller.

  3. je ne dirais pas qu’il y a des rivalités, mais qu’on est plus exigeants entre nous on s’attend à ce que les noirs soit parfait irréprochables. C’est pour ça qu’on a la critique facile Ex Omar avec son césar

  4. Demander à vos parents tout la plupart du temps se cache dans l’éducation, dans les discussions, dans les remarques sur untel, ça à l’air de rien mais il suffit que ton arrière grand -mère n’aimait pas les gens pas coiffés, pour que ta mère n’arrête pas de te dire qu’ il y a pas mieux que d’être bien coiffés sans chichis et que tu penses qu’ il y a pas mieux que le défrisage, parce que ça fait plus présentable (soi disant) et que tu comprenne pas les autres qui sont pas comme toi.
    Tout est dans ces petits truc qu’on retient inconsciemment dans un moment de détresse, de faiblesse de manque de confiance et c’est partie pour des guèguerre comme on entend de nos jours.

  5. Sujet intéressant qui mérite d’être approfondi. Ca me rappel un article ou un sujetsur un forum du net ou deux personnes noires se disputaient et un temoin à réagit en disant discretement a l’ami qui l’accompagnait qu’il avait honte d’être noir (a cause du comportement des deux qui se disputaient bruyamment devant tout le monde). Et son ami lui avait répondu qu’il n’y avait pas lieu d’avoir honte et il lui avait encore demandé si il avait deja entendu une autre « race » (ethnie) dire qu’il avait honte d’appartenir a son peuple? Et cette histoire m’a fait réfléchir. Moi non plus je n’ai jamais entendu de gens dire « j’ai honte d’être blanc/asiatique/arabe », par contre « j’ai honte d’être noir » je l’entends tout le temps… Pour commencer,si deja certains Noirs n’avaient pas une haine contre eux-même et s’acceptaient, ça changerai surement la donne. On est pas au pays des bisounours, on peut avoir des rapports conflictuels avec les gens, mais ces rapports intra-races me fatiguent.

  6. Je suis d’accord avec cet article, au lieu de critiquer pour critiquer il faudrait miser sur la critique constructive agissons pour notre communauté et faire avancer les notre quelques soit leurs pays d’origine. Il y a trop de divisions, analysons le mode de fonctionnement des autres communautés et prenons exemples sur leur solidarité et moyens d’accès à la réussite (juifs, indiens, chinois…).

  7. J’adore la scandaleuse depuis sa création mais pardonnez-moi cet article est nul.
    Il est hyper cliché et dessert complètement l’intérêt des Noirs. Ne souffrons nous pas suffisamment des clichés qu’on peut entendre sur nous?
    Pourquoi devons-nous les répandre au lieu de les ignorer ou de les combattre?
    Est-ce que ce qu’on prends pour de la rivalités entre couleurs de peau n’est pas simplement une animosité/jalousie que CERTAINES FILLES ont envers d’autres filles. Et je dois préciser tout de même que cela concerne qu’une minorité de filles.
    Et du coup cette jalousie n’est pas l’apanage de certaines femmes noires mais je dirais plutôt des femmes en général.
    Oui il m’est arrivé de voir une fille noire foncée toiser une fille claire/métisse/antillaise est-ce qu’il faut pour autant conclure que cela concerne la majorité des noires? Il y a des débiles dans toutes les communautés mais ce n’est pas la débilité qui caractérisera cette communauté.
    La scandaleuse je suis déçue

  8. Autre chose, je sais que la scandaleuse construit souvent ses articles sur la base de médias anglo saxon (bossip, madamenoire) mais il faut faire quand même une distinction entre les Noirs d’Amérique et les Noirs d’Europe. Ce n’est pas la même histoire. L’esclavage est encore trop présent chez les Noirs américains bien qu’ils aient un Président Noirs (Yes we can! mais bon là je m’éloigne).
    En effet ils utilisent des termes « esclavagistes » pour désigner des carnations : mulatre, quarteron, octavon…Il est encore trop présent dans leur esprit que + on a la peau claire + on a les faveurs du maitre. + on est noire + on est « nègre » avec toute la connotation négative qui s’en suit. Alors les sujets comme ça qui sont traités sur les sites afro-américains ne peuvent pas être transposées en France. Tiens ça me donne une idée d’article que je suis sure que la Scandaleuse traitera correctement car malgré ma déception face à cet article d’une nullité sans nom je reste persuadée que ce blog est très bon et globalement j’aime la manière dont vous abordez la plupart des thèmes. Bref l’idée d’article en question serait : la différence entre les Noirs des différents continents ou pays. Ce n’est pas facile à traiter sans tomber dans le piège des clichés mais seule La Scandaleuse peut le faire. Aller pour cet article, je vous pardonne, ça arrive aussi aux meilleurs 😉

  9. Pardon mais en France vous vivez trop chez les bisounours!
    Les rivalités dans la communauté noire n’existent pas autant qu’aux Etats Unis?
    hum prenons un échantillon, les antillais: Les clairs méprisent les foncés, personne ne veut être comparé à untel qui serait « noir comme du charbon » ou « bleu comme la nuit »
    Les foncés pensent que les clairs se la pètent et que se sont un peu des vendus.
    On veut « sauver sa descendance » en faisant des enfants avec des clairs ou des blancs.
    Ceux aux cheveux bouclés se moquent de ceux au cheveux crépus.
    Il y a une notion de « bon cheveux et zéro zéro je suis nègre »
    Arretez de croire que l’esclavage n’est plus présents dans les mentalités en France. Il y a 30/40 ans de ca quand des noirs arrivaient en France des blancs venaient les toucher pour voir si la couleur partait/

  10. @Ed’, il faut vivre dans le présent!
    Tu cites toi même ce qui se passait il y a 30/40 ans. Je ne pense pas qu’aujourd’hui les noirs sont encore affectés par cela bien qu’il y ait encore des restes..
    Par contre je suis d’accord avec toi lorsque tu cites la communauté Antillaise, pour le coup l’esclavage est encore présent dans leur esprit avec cette malheureuse distinction entre les clairs et les foncés.
    D’autant plus la terre des Antilles porte fortement les stigmates de la colonisation et de l’esclavage.
    Il faut reconnaître aujourd’hui que cela s’atténue et vivre dans le passé ne fait que cristalliser la haine, le mépris et l’ignorance

    1. Désolé mais Sharin je crois que tu idéalise trop la situation actuelle en France.
      Comme l’a bien rappelé Ed’ il y a encore des distinctions bêtes et rivalités aux Antilles issues de l’époque esclavagiste entre noirs que ça soit en Martinique, Guadeloupe, Réunion, Haïti.. Comme Ed’ la précisé : les rivalités entre « noirs charbons » et « peaux chappées » ou « chabine » (ces deux termes inventés par le colon ont des connotations très négatives, vendant les mérites de la couleur clair voire même blanche), rivalités entre cheveux lisses/koulis et cheveux crépus, rivalité entre ceux qui ont des traits fins et ceux qui ont des traits négroïdes etc.. Cette fascination pour le « blanc » et cette volonté de vouloir le ressembler existe même en France métropolitaine en 2012 :
      – Certaines femmes (adultes et jeunes filles) africaines aiment se blanchir la peau.
      – Certains et certaines disent « haaa je ne sortirai jamais avec une personne à la couleur noir/charbon »
      – certains antillais ont honte de dire qu’ils ont des ancêtres africains
      – certains africains disent que les antillais sont tous des bountys
      Bref, et je passe les mini guéguerres entre français originaire de l’Afrique de l’Ouest contre ceux originaires de l’Afrique centrale etc.
      Tout ça pour dire que ce sujet est totalement transposable en France, sauf qu’ici les noirs se cachent plus, contrairement aux Etats-Unis, pour exprimer leurs préjugés envers les autres noirs.

      PS : pas plus tard qu’aujourd’hui, un ivoirien fraichement arrivé ici ma dit que je raisonnais comme une blanche parce que j’avais réagi excessivement suite à une blague de sa part. Bref, je voulais dire aussi que cette guéguerre entre français d’origine africaine et africains me soulent ! J’en ai marre qu’on cataloguent de « blancs » les français d’origine africaine sans même les connaitre, sans même discuter avec eux, sous prétexte qu’ils ont la carte d’identité. J’ai pas demandé à mes parents de quitter leur pays, je leur ai pas demandé à venir et rester ici, je leur ai pas demandé de me mettre à l’école française ! J’aimerais que les noirs réfléchissent à deux fois au lieu de mettre des étiquettes, et critiquer l’autre a tout bout de champ. C’est pareil pour les autres guéguerres puériles. Chacun d’entre nous, quelque soit sa nationalité, son origine, sa couleur de peau, devrait apprendre de l’autre mais bon…J’ai l’impression que c’est peine perdue.

      PS : Je pensais en lisant le titre, que l’article allait aborder la rivalité entre femmes noires, car il y en aurait aussi des choses à dire.. Je pense que Lascandaleuse, vous devriez traiter ce sujet dans un prochain article 🙂 !!

  11. Comme si il y avait des rivalités que chez les Antillais, MDRRR. Chez les Africains c’est la même, par exemple en Afrique noire pas mal de femmes s’éclaircissent la peau, on se demande pourquoi? Bref, cessons cette hypocrisie à deux balles qui ne nous mène à rien. Pour revenir à l’article, il est véridique, mais le phénomène ne concerne qu’une minorité et trouve surtout son « importance » sur Internet. Nappy, tissée ou défrisée l’important c’est de ce sentir bien dans sa peau, dans sa tête point final. Chacun fait ce qu’il lui plait…

  12. Vous dite d’arrêter la guèguerre mais vous l’alimenter dans les commentaires :
    africains :les antillais n’aiment les couleurs foncés
    antillais : les africains s’éclairecissent la peau
    chercher l’erreur !

  13. Moi je me contente de plus traîné avec des gens avec des aprioris à la con. Ils sont fatiguants. Je m’en porte mieux! Les gens qui ont toujours à redire sur une communauté ou l’autre sont des rageux. Je discutais avec une amie et je lui vantais le beau teint d’une amie à moi (jolie peau, propre, beau maquillage naturel…) qu’elle ne connait pas. Bref, elle me répond « oui mais elle elle se blanchi la peau, quesque tu crois et blablabla, toi tu connais pas..) Bref, ridicule, donc une noire ne peux pas prendre soin d’ou ou etre belle sans faire de trafic chelou??? C’est ce genre de pensés qui me soulent. Les gens qui sont jaloux ou rageux.

    1. Non l’homme n est pas mauvais il a ses frustrations et il peut en sortir c est les religions qui on fait croire que l’homme devait se repentir chaque de sa vie du simple fait d être un Homme. Donc il y en a qui prenne cette définition que les écrits religieux donnent de l’homme pour se laisser aller à être mauvais car c est soit disant leur nature et tan-pis. C est de la paresse intellectuelle et spirituel c est rien de plus!

  14. quel article stupide, ce qui se passe aux states n’a rien à voir avec ce qui est ici en france, les noirs américains ont un parcours identitaires différents de l’africain, avec en plus une haine de l’homme blanc qui ne s’apaise pas et actuellement avec les africains. les conflits dans la communaité noire, cela dépends dans quelle perspective on se place, et puis n’ ya t-il pas de conflits dans les autres communautés? les wallons et les belges; ils sont noirs peut etre? les tchetchènes et russes,ils ont les cheveux crêpus peut -être? nous sommes différents les uns des autres même si ont a la même couleur de peau, ce conflit fantasmer vient du fait du mépris de l’homme blanc envers l’homme noir, qui a laissé sous entendre à tous les noirs qu’ils devraient faire un bloc pour se défendre. malheureusement toutes les communautés noires distinctes les unes des autres n’ont pas le même parcours historique et relationnel avec l’européen. et puis arrêtons ce complexe d’infériorité, c’est ça justement qui attire le mépris des autres envers la communauté dite noire.

    1. Je suis d’accord avec toi et saches que les gens qui ne veulent pas parler des réalités, et voir en face les douleurs des autres sont ceux qui ont une douleur plus profonde en eux, q’ ils ne veulent pas affronter. Tu as déjà remarqué que si tu pleures devant quelqu’un, cette personne peut te demander d’arrêter de pleurer même gentiment ou t essuie les larmes et veux te divertir vite pour ne pas avoir à gérer ta tristesse. C es parce que c’est dure pour elle d’accepter sa propre douleur.

      Je suis avec un antillais et au début de notre relation on se disputait beaucoup, alors qu’on pensait être très ouvert et dénués de préjugés.
      Je me suis rendue compte que je pensais que les antillais se croyaient au-dessus des Africains et Il s’est rendu compte qu’ils pensaient que les noirs Africains se « victimisaient » et qu’ils étaient jaloux des autres.
      Au bout de 2 ans et c’est ce qui nous a sauvé, c’est qu’on a osé mettre notre fierté de côté et s’avouer nos douleurs
      Je n’aurais jamais imaginé quelle douleur profonde pouvait avoir un antillais et une personne métissée noire de ne pas savoir ou se mettre et être constamment rejeté et nié par les deux camps, et lui a été surpris de comprendre à quel point être noire foncée et africaine laissait place à des préjugés indécrottables et cela peu importe les efforts d’intégration que je pouvais faire. On s’est réconcilié car l’amour a fait qu’on a bien voulu voir au-delà de nos douleurs respectives pour voir celles de l’autre.
      Depuis on travaille sur l’acceptation de nos couleurs de peau respectives et sur notre métissage culturel car j’ai eu aussi des soucis avec les africains ( de nationalité)et sur l’acceptation de nos origines africaines noires, c’est ce qui m’a fait comprendre que « le diviser pour mieux régner », utiliser par les colons a si bien fonctionné sur 20 générations qu’aujourd’hui les rivalités paraissent inextricables à tous les niveaux, (cf les textes de colons de l’époque qui expliquent comment soumettre les noirs en faisant une guerre psychologique.

      Ma mère m’a abandonné a 1 an et demi, donc 1 an et demi après m’avoir mise au monde en France car ça faisait 5 ans qu’elle était là et ne supportait pas le racisme et le manque d’empathie des autochtones donc elle est repartie vivre en Côte d’Ivoire.
      Je lui en ai beaucoup voulu car je lui ai dit une chose une fois plus âgée,:

      Pourquoi m’as-tu laissé ici dans ce racisme, il fallait me prendre avec toi point barre car là c’est encore plus crue, vu que toi-même tu ne l’as pas supporté ?!

      Elle m’a répondu que c’était mieux pour mon avenir …matériel !!!
      Au début je l’ai accepté car mon père et elle malgré des bonnes études faites en Côte d’Ivoire, ne trouvaient pas de boulot car a l’époque les entreprises majoritairement étrangères, n’engageaient pas et engagent toujours peu les Africains, (c est pas très drôle d’être discriminé sur ton propre territoire comme tu peux imaginer…)
      Mes parents une fois sur le territoire français étaient discriminés pareil sauf que là on leur disait, vous n’êtes pas chez vous .Mon père a quand même finit par trouver un travail qui ne correspondait pas à son niveau d’études mais pas trop mal et il a grimpé les échelons au fur et à mesure, ma mère ne voulut pas se résigner à être femme de ménage ou Baby Sitter vu son niveau d’étude.

      Mon souci avec elle aujourd’hui c’est que sa blessure est telle que même si elle m’a laissé en France pour avoir une chance professionnel/matériel bah quand on discute elle pense facilement que je suis une blanche avec le ressentiments qui vont avec dû à son expérience de vie.. De la part de ma mère le paradoxe est incroyable ! Ce qui m’a juste fait comprendre que sa douleur était telle qu’elle ne me voyait plus et ne voyait que sa douleur.
      Donc imaginons pendant plus de 600ans le traumatisme de tous les descendants noirs qui fait qu’ils se sont noyés dans leur douleur, imagine les noirs comme mes parents discriminés sur leur propres territoires, imagines encore les antillais coupés de leur racines sans avoir rien demandé soit abandonnés par des dirigeants qui n’ont pensé qu’au matériel ( cf certains roi du Kongo qui échangeaient des esclaves par exemple) soit arrachés tout simplement de force ( aux citoyens africains qui n’avaient rien demandé à leurs dirigeants ou des nations prises de forces qui n’acceptaient pas de donner des êtres humains), et obliger de se construire une identité qui va au-delà de la mémoire telle qu’on la conçoit à travers les expériences physiques. Et les noirs comme nous avec lesquels tout se reproduit encore.
      Les choses vont prendre encore énormément de temps, énormément de générations encore car on efface pas 600 ans de conditionnement physique et psychologique et plus de 2000 ans via les religions, de conditionnement qu’on subit les autres « races » à croire que le noir est maudit par le diable au vue de sa couleur et que c’est la seule race qui ne vaut rien humainement . Tout ce qui reste à faire est de refuser de jouer au jeu des gens qui n’acceptent pas de voir leur propre douleur et nient celle des autres, (toutes « races confondues »). Il faut parler de sa douleur en étant le plus honnête possible sur ce qui nous blesse, il faut s’entourer des gens qui seront assez matures et qui prendront assez de recul pour vous écouter et ne pas laisser leur propre douleur prendre le dessus et bloquer l’échange mais qui auront de l’empathie pour vous.

    1. C’est parce que tu ne t’aimes pas en tant que noirs et en tant qu humain, ca vient de ton éducation et schéma de famille qui prennent leur causes dans l’esclavage et la colonisation, je sais ce que c’est mais tu peux le dépasser et te considérer toi meme et tes semblables de couleur ( autant que ce que tu fais avec tes semblables humains des autres « races »)comme des humains imparfait mais qui ont une sensibilité et qui agissent par blessure ou douleur ou frustration ne généralise pas stp , surtout chez les noirs, car imagine toi que toutes les religions ont développé le fait simple qu un noir est noir car il est maudit par le diable , alors imagine apres toutes ces tortures , mutulation, destruction de noyaux familiaux comment de descendants en descendant un noir doit se sentir : PERDU Et COMME UNE MERDE sans jamais comprendre pourquoi avec ce syndrome de Stochkolm de vouloir s identifier à son bourreau et le défendre , ils ne voit pas que c est parce qu ils se détestent eux même , il faudrait en parler tout est dans la psychologie pourtant …. , désolé ca doit etre dur ….

  15. les noirs ils sont toujours entrain de se vente; ils sont toujours entrain d’observer les autre noirs(les habits qu’ils portent)ils sont trop jalouses)
    ils causent les problèmes aux autres noires ils n’ont pas de personnalités

  16. Les autres peuples ont aussi leur lot de gueguerres, y’à qu’à voir les pakistanais et indiens, les chinois et japonais, les français qui pensent que les belges sont bêtes et les roux tout droit sortis de l’enfer…

    Pour ce qui est des nappy vs les défrisées, il faut avouer que le port du cheveu naturel chez les blancs n’est pas une façon de se révolter contre l’esclavage et ses codes. Le port du cheveu naturel chez les noirs n’a pas du tout la même symbolique que chez les blancs. Et c’est du à notre histoire.

    Comme l’a dit un autre internaute, on a la critique facile entre nous, certains noirs exigent la perfection des autres noirs, mais c’est aussi ce que tu fait en critiquant le comportement des noirs dans ton article, en exigeant d’eux qu’ils soient plus intelligents que les autres peuples et se soudent.

    Ceci dit, je pense que notre division prend une bonne partie de ses racines dans notre histoire et la volonté des esclavagistes. C’est une chose que nous devons (et que nous pouvons) surmonter et je suis parfaitement d’accord pour exiger un comportement plus constructif de la part de certains noirs, parce que vu d’où on vient, il me semble que le seul moyen pour remonter cette pente est de se souder un peu plus. Avec ce que nos ancêtres ont vécu, on ne peut pas se permettre de faire les mêmes conneries que les autres si on veut avancer.
    Les rivalités entre africain et antillais, et entre antillais même prennent leur source dans l’esclavage. La différence avec les autres peuples, c’est que nous avons tous été victimes de cette histoire et donc ces rivalités n’ont pas lieu d’être.

    Alors oui, on se prend peut être la tête pour des conneries, mais on revient de loin. On est pas plus bêtes que les autres, rien ne nous assure que s’ils avaient été à notre place ils auraient mieux réagi. Maintenant qu’on sait ça, ils faut être patient, nous laisser du temps et essayer d’avancer. Les traces de cette histoire ne s’effaceront pas du jour au lendemain, mais ça viendra, petit à petit, à force de persévérer.

  17. C est dommage que tous les commentaires ne passent pas il n y a que les gens qui n aiment pas l article ou le critique a qui on donne la parole c est bizarre .

    Sachez que les gens qui ne veulent pas parler des réalités, et voir en face les douleurs des autres sont ceux qui ont une douleur plus profonde en eux, q’ ils ne veulent pas affronter. Tu as déjà remarqué que si tu pleures devant quelqu’un, cette personne peut te demander d’arrêter de pleurer même gentiment ou t essuie les larmes et veux te divertir vite pour ne pas avoir à gérer ta tristesse. C es parce que c’est dure pour elle d’accepter sa propre douleur.

    Je suis avec un antillais et au début de notre relation on se disputait beaucoup, alors qu’on pensait être très ouvert et dénués de préjugés.
    Je me suis rendue compte que je pensais que les antillais se croyaient au-dessus des Africains et Il s’est rendu compte qu’ils pensaient que les noirs Africains se « victimisaient » et qu’ils étaient jaloux des autres.
    Au bout de 2 ans et c’est ce qui nous a sauvé, c’est qu’on a osé mettre notre fierté de côté et s’avouer nos douleurs
    Je n’aurais jamais imaginé quelle douleur profonde pouvait avoir un antillais et une personne métissée noire de ne pas savoir ou se mettre et être constamment rejeté et nié par les deux camps, et lui a été surpris de comprendre à quel point être noire foncée et africaine laissait place à des préjugés indécrottables et cela peu importe les efforts d’intégration que je pouvais faire. On s’est réconcilié car l’amour a fait qu’on a bien voulu voir au-delà de nos douleurs respectives pour voir celles de l’autre.
    Depuis on travaille sur l’acceptation de nos couleurs de peau respectives et sur notre métissage culturel car j’ai eu aussi des soucis avec les africains ( de nationalité)et sur l’acceptation de nos origines africaines noires, c’est ce qui m’a fait comprendre que « le diviser pour mieux régner », utiliser par les colons a si bien fonctionné sur 20 générations qu’aujourd’hui les rivalités paraissent inextricables à tous les niveaux, (cf les textes de colons de l’époque qui expliquent comment soumettre les noirs en faisant une guerre psychologique.

    Ma mère m’a abandonné a 1 an et demi, donc 1 an et demi après m’avoir mise au monde en France car ça faisait 5 ans qu’elle était là et ne supportait pas le racisme et le manque d’empathie des autochtones donc elle est repartie vivre en Côte d’Ivoire.
    Je lui en ai beaucoup voulu car je lui ai dit une chose une fois plus âgée,:

    Pourquoi m’as-tu laissé ici dans ce racisme, il fallait me prendre avec toi point barre car là c’est encore plus crue, vu que toi-même tu ne l’as pas supporté ?!

    Elle m’a répondu que c’était mieux pour mon avenir …matériel !!!
    Au début je l’ai accepté car mon père et elle malgré des bonnes études faites en Côte d’Ivoire, ne trouvaient pas de boulot car a l’époque les entreprises majoritairement étrangères, n’engageaient pas et engagent toujours peu les Africains, (c est pas très drôle d’être discriminé sur ton propre territoire comme tu peux imaginer…)
    Mes parents une fois sur le territoire français étaient discriminés pareil sauf que là on leur disait, vous n’êtes pas chez vous .Mon père a quand même finit par trouver un travail qui ne correspondait pas à son niveau d’études mais pas trop mal et il a grimpé les échelons au fur et à mesure, ma mère ne voulut pas se résigner à être femme de ménage ou Baby Sitter vu son niveau d’étude.

    Mon souci avec elle aujourd’hui c’est que sa blessure est telle que même si elle m’a laissé en France pour avoir une chance professionnel/matériel bah quand on discute elle pense facilement que je suis une blanche avec le ressentiments qui vont avec dû à son expérience de vie.. De la part de ma mère le paradoxe est incroyable ! Ce qui m’a juste fait comprendre que sa douleur était telle qu’elle ne me voyait plus et ne voyait que sa douleur.
    Donc imaginons pendant plus de 600ans le traumatisme de tous les descendants noirs qui fait qu’ils se sont noyés dans leur douleur, imagine les noirs comme mes parents discriminés sur leur propres territoires, imagines encore les antillais coupés de leur racines sans avoir rien demandé soit abandonnés par des dirigeants qui n’ont pensé qu’au matériel ( cf certains roi du Kongo qui échangeaient des esclaves par exemple) soit arrachés tout simplement de force ( aux citoyens africains qui n’avaient rien demandé à leurs dirigeants ou des nations prises de forces qui n’acceptaient pas de donner des êtres humains), et obliger de se construire une identité qui va au-delà de la mémoire telle qu’on la conçoit à travers les expériences physiques. Et les noirs comme nous avec lesquels tout se reproduit encore.
    Les choses vont prendre encore énormément de temps, énormément de générations encore car on efface pas 600 ans de conditionnement physique et psychologique et plus de 2000 ans via les religions, de conditionnement qu’on subit les autres « races » à croire que le noir est maudit par le diable au vue de sa couleur et que c’est la seule race qui ne vaut rien humainement . Tout ce qui reste à faire est de refuser de jouer au jeu des gens qui n’acceptent pas de voir leur propre douleur et nient celle des autres, (toutes « races confondues »). Il faut parler de sa douleur en étant le plus honnête possible sur ce qui nous blesse, il faut s’entourer des gens qui seront assez matures et qui prendront assez de recul pour vous écouter et ne pas laisser leur propre douleur prendre le dessus et bloquer l’échange mais qui auront de l’empathie pour vous.

  18. arrêter d’exagère j’ai connu plus de problèmes que toi mais je n’ai jamais eu la jalousie envers personne vous femmes noires vous etez malade toujours entrain de rabaisse les autres femmes et vous revenez plus tard en pleurnichant pour qu’on vous donne l’argent je
    suis africain mais je préfère les antillais quand les croise on souris ;les africaines sont sauvages et complexe(Afrique centrale c’est pire pas les camerounais )

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

X