La Scandaleuse vous donne la parole : "Les joies" de la grossesse | La Scandaleuse

La Scandaleuse vous donne la parole : « Les joies » de la grossesse

femme noire enceinte

Après un an et demi d’essais infructueux, voilà que Clearblue m’annonce la nouvelle que j’attendais tant: « enceinte » !!

J’étais dans un tel état de joie que je ne pensais qu’au bonheur de porter un enfant, confortée par les paroles de certaines de mes amies pour qui la grossesse était la meilleure des expériences (merci les copines).

D’autres amies ont elles été moins bavardes sur cette joie, me laissant la surprise de découvrir ce qu’il en était vraiment.

Dès les premiers jours, je ressentais une fatigue intense qui m’empêchait après le travail de tenir ne serait ce qu’une heure sur mon canapé, mais rien n’était grave puisque j’étais enceinte.

Ça devenait même très compliqué pour moi de me lever pour aller travailler.

Ensuite les brûlures d’estomac s’installent sans que vous n’ayez demandé quoi que ce soit et quand vous allez voir le médecin, vous vous entendez dire que la grossesse n’est pas une maladie : bah oui être fatiguée 24h/24, avoir des brûlures d’estomac dès le réveil et des vomissements c’est le quotidien de tout le monde, tous les jours.

Bref, lorsque les 3 premiers mois sont passés, je pensais avoir vécu le pire et que ça allait enfin être ce que décrivaient les copines.

Que nenni.

Dès le 5ème mois, on se rend compte que le plus difficile n’est pas de tomber enceinte mais de pouvoir garder ce bébé.

En effet, certaines, je dirais même beaucoup de femmes sont sujettes à des complications de grossesse qui peuvent plus ou moins s’avérer grave pour le bébé mais aussi pour la maman.

Pour ma part, lors d’une visite aux urgences fortement recommandée par mon échographiste à cause de mon placenta mal placé, 2 externes (2 étudiants en médecine) m’annoncent que ma poche des eaux est fissurée et que je dois rester hospitalisée jusqu’à la fin de ma grossesse et ce dès l’annonce du terrible verdict (il me reste 4 mois).

Le choc, moi qui pensais que tout allait bien et que mon bébé était en bonne santé.

Le soir même je suis donc hospitalisée et je me demande dans ma chambre par quel miracle je vais tenir 4 mois.

De plus, les infirmières, sages femme viennent vous tenir des discours alarmant inhérents à votre état: perte du bébé, grand prématuré…

Le lendemain de mon hospitalisation, après plusieurs examens, on m’annonce que je n’ai finalement pas la poche des eaux fissurée mais que je dois quand même rester alitée chez moi jusqu’à l’accouchement à cause de mon placenta.

Quel bonheur de pouvoir rentrer chez soi mais avec la contrainte de rester à la maison.

Ça fait aujourd’hui deux mois que je suis à la maison, et bien évidemment je m’ennuie mais je sais que c’est pour mon bien et surtout le bien de mon bébé.

Récemment on m’a diagnostiqué un diabète gestationnel donc fini pour moi la nourriture riche et grasse jusqu’à la fin donc les ennuis ne sont pas finis.

Morale de l’histoire: une grossesse qui se passe parfaitement bien pour une femme peut devenir un cauchemar pour une autre femme et l’important est d’être vraiment bien entouré, ce qui est mon cas et pour rien au monde je ne changerai ma situation car au final je vais avoir le plus beau des cadeaux, seulement j’ai hâte qu’on en finisse et que je puisse enfin serrer mon petit bébé dans mes bras.

 

Merci à B. L pour ce témoignage, si vous aussi vous souhaitez partager votre histoire sur la scandaleuse, n’hésitez pas à nous envoyer votre message à : contact@lascandaleuse.com

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

X