La Scandaleuse a vu: Racines (le remake de 2016) | La Scandaleuse

La Scandaleuse a vu: Racines (le remake de 2016)

racine serie 1

Qui ne connait pas Kunta Kinte? Ce personnage devenu célèbre grâce au livre Racines écrit par Alex Haley (son descendant) et surtout grâce à la série télévisée diffusée pour la première fois à la télévision américaine en 1977 et inspirée du roman.

Les américains ont décidé de refaire une nouvelle version plus moderne. Est ce qu’un classique comme Racines a besoin d’être remis au goût du jour?

racine serie

Pas nécessairement selon moi. Certains diront que la version de 1977 est trop ancienne et que la jeune génération aura du mal à accrocher… La vraie raison est sûrement qu’après les succès du Majordome, 12 Years of Slave ou encore Straight Outta Compton les producteurs se sont rendus compte que les acteurs noirs rapportent de l’argent…

En mai dernier la chaîne américaine History diffusait la mini série en 4 épisodes. Il n’y a rien de nouveau par rapport à la série originale, sauf pour ces quelques points :

– Au début de la série l’accent est mis sur l’Afrique, on y voit les traditions, les coutumes comment les africains vivaient dans la joie et le bonheur.

-Le « réalisateur » ou la/les personnes en charge de la série insistent beaucoup sur le fait que des africains capturaient d’autres africains pour les vendre aux blancs. Alors oui histoire de se déculpabiliser on nous montre le fameux « ce sont les noirs qui ont vendus les noirs pendant l’esclavage ». Certes les blancs n’ont pas eu le monopole de l’esclavage dans l’histoire. Seulement l’esclave de l’époque était plus considéré comme un domestique que l’on traitait toujours comme un humain (si on peut trouver de l’humanité dans ce genre de comportement). L’africain capturé et amené de force aux Amériques était déshumanisé et mis au rang de chose, considéré moins important que le plus insignifiant des animaux, là est la différence. Bien entendu aucun africain ne pouvait revenir en Afrique pour alerter sur la situation de leurs compatriotes aux Etats-Unis et autres colonies.

-Tout comme la série Underground (lisez notre review ici), les personnages dans la nouvelle version de Roots ont beaucoup plus de substances. Ce n’est plus l’image de l’esclave noir docile, qui n’a plus d’espoir, qui accepte sa nouvelle condition sans rébellion ni fierté.

Si la série est tout de même bien faite, on rejoint Nick Canon et son agacement sur l’engouement des films/séries sur l’esclavage.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

INSTAGRAM

X