La Scandaleuse a vu : The Birth of a nation | La Scandaleuse

La Scandaleuse a vu : The Birth of a nation

Aujourd’hui le film The Birth of a nation sort dans les salles françaises. Il s’agit de la VÉRITABLE histoire de Nathaniel Turner plus connu sous le nom de Nat Turner. Monsieur Turner était un esclave mais aussi un pasteur, qui est à l’origine d’une des plus sanglantes révoltes d’esclaves. Nat Turner libéra plusieurs esclaves, dont beaucoup se sont joints à son combat, à savoir libérer le plus d’esclaves possible.

Certains diront que c’est encore un film sur l’esclavage, oui c’est vrai. Mais contrairement à 12 Years Of Slave le réalisateur Nate Parker, qui joue également le rôle de Nat Turner, a dû trouver par lui même les financements pour ce projet. Quand les dollars d’Hollywood ne veulent pas participer à un film sur l’esclavage, c’est qu’on risque d’y voir ce que l’on ne trouve pas dans les films traditionnels sur l’esclavage (sauf dans la série Underground, lisez notre article en cliquant sur ce lien). Il y a très peu de films (pour ne pas dire aucun) qui traitent des révoltes des esclaves aux Etats-Unis. A croire que pendant 400 ans les esclaves ont attendu patiemment que les blancs leur rendent leur liberté.

Le viol, la torture, la maltraitance ou encore la déshumanisation étaient ce que vivaient au quotidien les esclaves. C’est la triste réalité qu’ont subi des millions et des millions de noirs américains pendant la période de l’esclavage. Le réalisateur Nate Parker n’est pas dans le voyeurisme, mais les âmes sensibles auront parfois à fermer les yeux. Malheureusement la vérité sur le traitement des esclaves est difficile à voir.

Pourquoi est-il important d’aller voir ce film?

En 1915 le film The Birth of a Nation (au départ The Clansman) sort dans les salles américaines. Ce sera le premier film projeté à la Maison Blanche. 100 ans après Ava Duvernay y projettera Selma. Il raconte la guerre civile américaine qui met fin à l’esclavage mais aussi à la naissance de la nation américaine, le tout d’un point de vue sudiste (donc très raciste). Ce film fait l’apologie du Ku Klux Klan qui était censé avoir disparu mais oui bien sur au moment de la sortie du film, mais qui contribue à sa re-formation. « C’est après avoir assisté en 1915 à la projection de ce film que William Joseph Simmons décida de recréer le Ku Klux Klan. »

C’est dans ce film que le mythe du prédateur sexuel noir fut crée, les dangers supposés que représentent les hommes noirs hyper sexualisés pour les femmes blanches, alors que parmi les nombreuses choses que 400 ans d’esclavage nous ont appris c’est que les viols des maîtres blancs à l’encontre de leurs esclaves (femmes, hommes et enfants) étaient bien plus courant que les attaques sexuelles d’esclaves ou d’hommes noirs à l’encontre des femmes blanches.

Connaître et comprendre ce qui s’est passé, permet de pouvoir avancer.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

INSTAGRAM

X