Beauté : Big Chop Or Not ? Mon expérience | La Scandaleuse

Beauté : Big Chop Or Not ? Mon expérience

En discutant avec ma meilleure amie, j’ai compris qu’il y avait une pression entre nappy au sujet du big chop. Cela fait un an qu’elle a arrêté de se défriser et plusieurs amies nappy lui disent qu’il est temps de couper alors qu’elle n’en a pas trop envie.

Big Chop :
Les traitements chimiques à répétitions tel que le défrisage peuvent à la longue abîmer les cheveux: ils deviennent secs, cassants ou chutent. Le big chop consiste à couper toute la partie abîmée de la chevelure, et à laisser uniquement la partie saine et naturelle.

Personnellement, je suis à mon deuxième retour au naturel et les deux fois ont été différentes.

La première fois j’avais 18 ans et je ne suis pas passée par la case big shop parce que j’arrivais à me coiffer sans problème. J’ai laissé pousser mes cheveux jusqu’à ce que les parties défrisées tombent et j’ai coupé les dernières petites mèches qui faisaient de la résistance.

Ce retour au naturel a duré 4 ans, jusqu’à ce que les cloches du défrisage se remettent à sonner. A l’époque, je ne connaissais qu’une seule technique pour avoir les cheveux lisses.

Il y a trois ans j’ai retenté l’expérience. J’ai attendu un an et puis j’ai fini par tout couper. Les deux textures étaient devenues ingérables et je ressemblais plus à un épouvantail qu’à autre chose.

Je le savais déjà avant de couper, mais le court, je n’assumais absolument pas. En toute honnêteté, je ne trouve pas que l’afro (petit ou moyen) m’aille particulièrement bien, pourtant je rêve d’un twa…

Du coup j’ai enchaîné avec des tresses/vanilles et des tissages kinky curly pendant presque deux ans jusqu’à atteindre une longueur qui me convenait.

Si j’avais porté mes cheveux courts, j’aurais cédé au défrisage et enchaîné avec un petit tissage.

On l’oublie souvent, mais les cheveux sont comme une parure. Quand on est bien coiffée, on se sent plus belle. Si on a du mal avec la coupe courte, le big chop sera une étape très difficile du retour au naturel.

En conclusion, nous sommes toutes différentes et cette pression de la « mafia nappy » doit cesser. On coupe quand on se sent prête!

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

X