REVIEW : BANLIEUSARDS | Scandee

REVIEW : BANLIEUSARDS

Ce dimanche pluvieux de ceux qui ne nous permettent pas de mettre un pied dehors, j’ai décidé de donner une énième chance à Netflix.
Parce que clairement si cette plateforme avait un concurrent sérieux, ça fait longtemps que j’aurai arrêté de squatter le compte de mon amie.

(Oui? non seulement je ne paie pas mais en plus je me plains, très français tout ça)

Ça a été l’occasion de regarder le premier film co-produit par Kery James et Leila Sy, Banlieusards.

Alors Banlieusards c’est quoi? L’histoire suit les aventures de 3 frères du 94. Le plus grand, Demba, joué par Kery James, est un bandit notoire qui règne sur le quartier avec quelques concurrents. Le second, Soulaymaan , a pris un chemin bien différent puisqu’on suit, en parallèle de son quotidien de jeune de quartier (avec tous les désagréments qui vont avec), sa préparation à un concours d’éloquence. Le petit dernier, Noumouké, lui, semble suivre le chemin de son plus grand frère, la vie facile qui n’est pas celle enseignée par la scolarité.

Donc, oui, c’est un énième film sur les quartiers, mais ce n’est pas que ça.

D’abord ne vivant pas en cité mais banlieusarde quand même, je réalise que entre La Haine, Ma 6-t va craquer et Banlieusards, la situation de ces jeunes n’a toujours pas changé. Le même scénario : les contrôles de police et les insultes gratuites de ces forces de l’ordre, la galère du quotidien, les trafics… Mais ce qui fait que ce film se démarque c’est ce fameux concours d’éloquence. On reconnait forcément la pâte Kery James et on se demande même si il n’a pas mélangé son histoire personnelle à ce film.

De plus, ce n’est pas un film larmoyant sur cette condition, comme dit Kery dans un de ses titres, “on n’est pas condamné à l’échec”. Banlieusards nous montre que malgré un climat, une famille, et tous les bâtons que l’on peut trouver sur notre route, on ne doit pas se satisfaire de ce que la société veut faire de nous. Il n’y a pas de chemin tout tracé!

Et au passage, merci à Netflix d’avoir permis à ce film d’avoir une visibilité.

Si on doit noter le film, on lui met un bon 8/10.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X